25/04/2018

Voix blanche

J'ai bien peur d'être très emprunté pour élire le Conseil d'Etat. Je déteste ne pas voter alors j'irai, mais qui choisir ? Ou qui ne pas choisir ?


J'élimine d'office Paul Aymon, trop pittoresque et piètre défenseur des valeurs républicaines, ainsi que Willy Cretegny (favorable à l'arrachage des arbres sur la plaine de Plainpalais), tout autant que Yves Nidegger (qui véhicule des discours d'exclusion intolérables à l'encontre des populations les plus fragilisées).


Il n'est pas question non plus que je donne ma voix à Nathalie Fontanet (malgré son courage, notamment sur le dossier de l'Ecole qu'il faut renforcer, ou - il faut le rappeler - quand elle fut la seule à s'interposer entre Stauffer et Pierre Weiss dans la lamentable affaire du verre d'eau), pas plus qu'à Luc Barthassat (très sympathique, certes, mais soumis à ceux qui privilégient le transport motorisé individuel) ou à Mauro Poggia (qui semble ignorer les problèmes des chômeurs ou ceux des EMS).


Je n'ai aucun avis sur Serge dal Busco, donc aucune raison de lui donner ma voix.


Anne Emery-Torracinta, Thierry Apothéloz, représentants du PS ou Antonio Hodgers, celui des Verts ? Pourquoi devrais-je ? L'une s'est enfermée dans le déni lorsque nous avons signalé, mon camarade du PRG Pierre Gauthier et moi, des cas de fillettes voilées dans des établissements scolaires de primaire (ce qui est une maltraitance faite aux enfants), et l'autre se souvient un peu tard de la possibilité de construire des coopératives. Ces formations dites de gauche sont de plus en plus éloignées des préoccupations de la population genevoise. Elles ont tourné le dos aux familles dans la précarité.

Elles n'auront plus ma voix dans une élection. Je ne veux pas être complice.


Quant à la dernière candidate, elle n'aura pas non plus mon suffrage. L'hypocrite jeu de sa formation qui fait alliance avec le PS et les Verts à chaque scrutin, pour s'en détacher après élection n'est que de la politique politicienne.

Ma voix ne servira plus à offrir une place à des personnes qui ne font pas une politique véritablement et radicalement sociale.


Je voterai pourtant. Car je défends ce droit.

Je voterai blanc. Car aucun candidat ne réunit les garanties républicaines, laïques et sociales qui sont mes valeurs.

Conseil d'Etat, Genève, vote, élection

 

08:00 Publié dans Droite, Elections, Gauche, Genève | Tags : conseil d'etat, genève, vote, élection | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

26/01/2016

Le président qui fait long feu

La fonction de président du Conseil d'Etat expliquée à mes enfants:


- Est-ce que ça sert à punir les présidents de conseils municipaux dont l'attitude ou les paroles seraient déplacées ?
NON, il n'a pas la compétence, dit-il.

- Est-ce que ça sert à intervenir et à poser son autorité lorsque des voyous ou des vandales saccageraient des vitrines ou s'en prendraient à des monuments culturels publics ?
JE NE CROIS PAS, en tout cas je ne l'ai pas constaté.

- Est-ce que ça sert à se poser en garant des institutions républicaines et démocratiques, et à rassurer la population dans le cas où des terroristes menaceraient notre canton ?
PAS QUE JE SACHE, sinon il se serait déjà manifesté.

Alors, mes enfants, à quoi croyez-vous que ça sert ? Eh bien ça sert à donner son avis sur l'agrandissement d'un musée.

- C'est une sorte de critique d'art ?
MÊME PAS, mes enfants. Même pas.

 

00:15 Publié dans Air du temps, Genève, Grand Conseil | Tags : conseil d'etat, président | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |