26/01/2016

Le président qui fait long feu

La fonction de président du Conseil d'Etat expliquée à mes enfants:


- Est-ce que ça sert à punir les présidents de conseils municipaux dont l'attitude ou les paroles seraient déplacées ?
NON, il n'a pas la compétence, dit-il.

- Est-ce que ça sert à intervenir et à poser son autorité lorsque des voyous ou des vandales saccageraient des vitrines ou s'en prendraient à des monuments culturels publics ?
JE NE CROIS PAS, en tout cas je ne l'ai pas constaté.

- Est-ce que ça sert à se poser en garant des institutions républicaines et démocratiques, et à rassurer la population dans le cas où des terroristes menaceraient notre canton ?
PAS QUE JE SACHE, sinon il se serait déjà manifesté.

Alors, mes enfants, à quoi croyez-vous que ça sert ? Eh bien ça sert à donner son avis sur l'agrandissement d'un musée.

- C'est une sorte de critique d'art ?
MÊME PAS, mes enfants. Même pas.

 

00:15 Publié dans Air du temps, Genève, Grand Conseil | Tags : conseil d'etat, président | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

19/12/2014

Non assistance à Genève en danger

Bien huilée la mécanique de la droite au Grand-Conseil.

On sabre, on coupe. Idéalement dans les aides sociales, la formation, les subventions aux associations culturelles, etc...
En gros à tout ce qui peut aider à élever, à souder une population, à resserrer des liens entre les gens, à permettre à certains de se relever. A assister.
Mais assister ne signifie pas jeter la becquée, balancer une aumône. Assister c'est aider. Aider le prochain à se tenir droit, digne, l'aider à se tenir debout, à marcher, l'aider à aller plus loin.
Assister c'est guider. C'est donner un élan. Sans donner des leçons, sans être moralisateur.
On avait coutume auparavant de dire "le plaisir de donner est supérieur à celui de recevoir".
Aujourd'hui, la morgue PLR remplace "le plaisir de donner" par "la jouissance de prendre".
Prendre à ceux qui sont déjà à terre, ou qui le seront.
Pour mieux, demain, les pointer du doigt en les qualifiant de "parasites", d' "inutiles sociaux", de "profiteurs du système", pour s'offusquer de la misère de ceux qui, à genou dans la rue, tendent la main, ou pour crier au scandale de ceux qui, debout sur la rue, lèvent le poing.
Il restera toujours de l'argent pour développer la protection (de qui?) par caméras, renforcer les contingents des forces de l'ordre et construire des prisons.

Triste Genève.

17:14 Publié dans Finances, Grand Conseil, Social | Tags : associations culturelles, formation | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |