Genève - Page 10

  • Sortie des urnes

    Imprimer

    Après ces votes que chacun aura commentés, disséqués, regrettés, fêtés, puis digérés, je pose la question du transport des urnes électorales.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • 45 logements vides remis sur le marché, mais encore !

    Imprimer

     

    Genève, logement, appartement, facebook, Hodgers, propriétaires, locataires

    En réaction au communiqué de presse du Département de l'Aménagement, du Logement et de l'Energie (DALE), et suite à la réception du détail du traitement des enquêtes sur les deux premières listes, en tant que fondateur du groupe Facebook "Appartements vides à Genève", il me paraît important de préciser quelques points.

     

    L'examen de ce premier rapport d'enquête (établi sur le nombre de 179 cas sur les 216 signalés, et non « environ 150 ») révèle ces informations :

     

    3 appartements sont décrits comme dénonciations non fondées et 6 appartements sont effectivement encore sous le coup d'un suivi d'enquête ; à ce stade du dossier il n'est pas encore possible de savoir si ces appartements vides (sous régime PPE) sont mis en location.

     

    Restent les 170 autres cas, dont l'examen minutieux met en lumière le bien-fondé de notre démarche, que j'expliquerai en restant dans le pur domaine objectif, me gardant de tirer des conclusions ou d'interpréter.

     

    La première liste d'appartements vides a été rendue publique le 14 janvier 2014, rendant compte d'appartements ayant été clairement identifiés comme vides depuis plus de trois mois.

     

    - Après la publication de cette liste, 6 appartements vides depuis de nombreux mois ont aussitôt été loués.

     

    - des demandes de travaux ont enfin été déposées pour 22 appartements, après leur signalement au DALE, parmi ces demandes le cas troublant d'un appartement figurant sur la 2ème liste, dont la demande a été déposée deux jours après publication de la liste, alors que l'appartement était vide depuis 16 mois.

     

    - pour un nombre majoritaire d'appartements, le motif des rocades est invoqué (mise à disposition d'appartements de substitution pour des locataires durant la transformation ou surélévation de leur immeuble). Pour au moins 10 appartements, une demande de planning des travaux a été faite ; cela pourrait signifier que selon les délais de ce planning, ces appartements pourraient également être remis sur le marché.

     

    - 19 appartements vont encore faire l'objet de discussions pour des relocations temporaires

     

    - 12 appartements doivent encore voir leur sort fixé, cela après rendez-vous entre leur propriétaire et le DALE

     

    - enfin, les 45 appartements remis en location temporaire.

     

    On le voit, le tableau ainsi décrypté présente une image moins « rose » que l'on pouvait la comprendre à la lecture du communiqué.

     

    Dans un esprit d'apaisement, M. Antonio Hodgers choisit habilement (c'est tout à son honneur) de ne pas déclarer la guerre au milieu immobilier, notamment en appelant « relocation temporaire » ce que la LDTR appelle moins pudiquement «exercice du droit d'expropriation temporaire» (art.32). La mise en conformité de la situation des cas fondés d'appartements vides a valu également à leurs propriétaires de n'être pas réprimandés malgré leur manquement à l'obligation d'annoncer leurs appartements comme vides (art.29 LDTR).

     

    Ce premier épisode est également un indicateur très fort que la surveillance et le contrôle du Département du Logement sont indispensables pour que la LDTR soit respectée.

     

    Nous sommes conscients que l'inventaire (qui continue) de ces appartements laissés vides n'est pas la solution de la crise du logement à Genève, mais il est un symbole de l'intérêt et de la préoccupation de toute la population genevoise pour sortir d'une crise. Des efforts doivent être concrétisés pour créer des logements sociaux, pour permettre aux jeunes familles, et aux plus démunis d'entre nous de se loger décemment.

     

     

     

  • LA GREVE OUBLIEE

    Imprimer

     

    Par deux fois déjà j'avais voulu me joindre à eux, me montrer solidaire de leur action. Par deux fois, des impératifs professionnels ou familiaux m'avaient détourné de cette envie de monter à Cointrin. Et puis ce n'était pas grave, je pourrais une autre fois.Aéroport, grève, gate gourmet

     

    L'autre fois, ce fut mercredi dernier. Le 16 avril. Une date comme une autre pour chacun de nous. Pour eux, le 215ème jour de grève. Eux ? Les quelques employés de Gate Gourmet à faire grève « contre une multinationale qui, après avoir licencié tout son personnel l’a réengagé à des conditions salariales et sociales inférieures alors que l’entreprise, active dans le catering sur des dizaines d’aéroports à travers le monde, affiche des bénéfices millionnaires *». Avec un cynisme digne d'un personnage de Shakespeare, après avoir dénoncé la Convention Collective de Travail et proposé de nouveaux contrats (avec une date butoir pour les signer, ne laissant ainsi que peu de choix), leur direction déclare « il n'y a pas eu de licenciements, nos 153 employés sous l'ancienne CCT ont accepté les nouveaux contrats, et il n'y a pas eu de départs, donc c'est qu'ils étaient satisfaits de partager ces conditions ».

     

    Me voici donc enfin devant ces quelques femmes et hommes installés crânement dans un chalet de bois, construit de leurs mains, sous les fenêtres mêmes de leur employeur.

    Sept mois de grève, sept mois d'attente, sept mois de sacrifices, sept mois de menaces. Leurs collègues ont baissé les stores des fenêtres des ateliers, comme s'ils ne voulaient pas les voir. Comment ne pas les voir pourtant ? Ils vivent plus de huit heures par jour dans ce chalet de 18 m 2 : une cuisine extérieure, une pièce principale avec bancs et tables, et un réduit où stocker le matériel.

     

    Je suis tendu, j'appréhende un peu cette rencontre, je ne sais comment sera perçue ma visite. Des questionnements inutiles, comme me le prouve leur accueil. Ils ont justement besoin d'avoir de la visite, de sentir que l'on les soutient, que l'on pense à eux, car ils sont bien seuls.

     

    Seuls, face à un employeur détaché de leurs problèmes. Seuls face à des collègues qui craignent eux-mêmes pour leur place, « on les voit sortir après leur boulot, ils ne jettent pas un coup d'oeil dans notre direction, ils pressent le pas » confie une gréviste. Seuls face à la presse qui dès le début du conflit s'est désinteressée d'eux, « notre premier jour de grève, il y a eu l'enlèvement de la psychothérapeute, l'affaire de la Paquerette ». Seuls enfin face au désintérêt quasi général de la population genevoise.

     

    Je ne comprends pas pourquoi l'on s'est détourné d'eux. On, nous, moi. Je les écoute me raconter leurs vies. 35 ans d'entreprise pour certains. Toujours prêts, disponibles. Les appels les jours de congé pour remplacer une collègue malade. Les conditions qui deviennent difficiles, années après années. La concurrence. La productivité. Le chantage à l'emploi. Et un jour, la grève.

     

    Ce ne sont pas des fortes-têtes, ou des héroïnes ou des professionnels de la contestation. Ce sont des gens. On, nous, moi. Plongés subitement dans une réalité inacceptable. Cette grève, ils la font comme une conséquence logique, comme une évidence. Ils la portent aujourd'hui, ont-ils le choix, elle est en eux. « Au début de la grève, me dit l'une d'eux, nous avions mal physiquement, nous souffrions ; notre corps était usé par le travail, mais depuis quelques mois, nous allons mieux physiquement. Plus aucune douleur, rien. Dans la tête, c'est différent, nous souffrons, nous sommes inquiets. Et quand nous voyons nos anciens collègues passer quand ils sortent du travail, nous voyons les traces sur leurs corps. Nous les voyons se fatiguer, s'abimer, vieillir. A vue d'oeil ».

     

    Un silence passe entre eux. Une minute peut-être, comme l'hommage à ce passé qui n'est plus, à ces illusions tuées déjà par une entreprise trop gourmande. Les regards se croisent. Je vois sur ces visages des sourires, mais n'arrive pas à en interpréter le sens. Détresse, résignation, fatalité ou l'assurance de faire ce qui est juste ?

     

    Plus tard, nous partagerons un repas. Cher repas qui unit, qui recolle, qui fait revenir la bonne humeur, sans arrière-pensée. Et ils parleront d'avenir tandis que les avions emportent au-dessus de leurs têtes plus de 30'000 voyageurs par jour. Souvent pour des destinations de rêve ou pour le travail...

     

     

     

     

     

     

     

    *http://geneva-aeroport.ch/

     

    l'appel des grévistes peut être signé sur http://geneva-aeroport.ch/?page_id=17

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire