29/07/2017

Ma vie de stagiaire IV

(Je relaie ici le journal d'un stage de deux semaines effectué dans un foyer de jour pour personnes âgées. Humeurs ou réflexions sur l'animation socio-culturelle.)

 

 


Samedi 22 juillet.

Vieux, personnes âgées, aînés, seniors, 3ème âge... j'en oublie. Autant de termes qui disent surtout notre difficulté - celle de notre société - pour parler de cette période de l'existence. L'ultime.

Ce peut être votre mère, votre époux, votre oncle, votre amie, une voisine, tant d'autres encore croisés dans votre vie.

La vieillesse n'est pas un naufrage. C'est une apparence.

J'aime ce moment matinal de l'arrivée des "clients". Accompagnés ou par leur propre moyen (pour les plus mobiles), ils ont provisoirement quitté leur domicile et se retrouvent ponctuellement au foyer de jour.

J'aime leur apparition. Non pas lors de l'anonyme et factuelle sortie du véhicule, mais au moment du bonjour. Se dire bonjour. Se saluer. Prendre des nouvelles. Ce rituel généralement vidé de son sens retrouve ici toute son importance, et c'est dans cet instant que je les vois réellement "apparaître". Il faut précisément aller derrière l'apparence, il faut aller chercher les yeux. Dans les yeux. Et la personne apparaît. Elle n'est plus cette enveloppe fragile, ou lourde, ou malhabile, elle redevient ce contenu, cette essence, où l'on devine les joies, les peines, les drames et les futilités.

J'aime leurs yeux. A chaque fois que j'y plonge, je ne peux m'empêcher de songer que ces yeux sont ceux de leur enfance.

22:58 Publié dans Aînés, Humeur, Social | Tags : foyer de jour, regard, vieillesse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

iBonjour Monsieur Guex-Pierre Hélas tout se perd même de saluer quelqu'un croisé dans la rue
Nombre de jeunes devraient prendre exemple sur ce que vous relatez si bien
Un jour on m'a dit je n'ai que 12 ans mais vous n'avez pas le 10me de l'expérience de vie que j'ai
Aussi en voyant certains jeunes aujourd'hui je me dis que cette phrase prononcée en 1970 a sans doute fait école depuis
Car prétendre avoir plus ^s'expériences qu'une personne plus toute fraiche soit mais encore faut il savoir manœuvrer pour se sortir des plus douloureuses et ce n'est pas donné à tout le monde
Quand à savoir dire bonjour on est tenté de penser qu'il faudra bientôt agiter un billet de 100frs sous le nez de celui salué pour qu'il ou elle réponde !
Bon dimanche

Écrit par : lovejoie | 30/07/2017

La vieillesse est une apparence, mais elle peut aussi être une réalité. Et une réalité douloureuse, selon les situations.

Ma mère de 88 ans est dans un EMS et là, la réalité du grand âge apparaît malgré toute notre bonne volonté.
Alors que ma mère a choisi elle-même d'aller en maison, elle a déclaré après 24 heures :
"Je ne peux pas vieillir ici, il n'y a que des vieux ! C'est choquant de voir les 60 personnes arriver au réfectoire, tant de cas problématiques dans un même espace ! Et tous ces déambulateurs !"
Maman se déplace en déambulateur depuis 8 ans et là, elle ne voulait pas faire partie du tableau. C'était bouleversant, une vraie épreuve de réalité.
Entretemps, elle s'est remise du choc initial, car elle voit aussi le bon côté de la prise en charge. Elle n'a plus peur, comme c'était le cas auparavant.
Son cri du cœur du début montre la difficulté pour certains ( pour la majorité?) d'accepter de faire partie de ce groupe-là, alors qu'à l'intérieur de soi on se sent toujours être la ou le même.

Il me semble que les personnes qui arrivent à venir dans un foyer de jour sont encore assez vives et capables et désireuses d'interactions.
Il faut essayer de rester dans cet état d'esprit le plus longtemps possible et heureusement les EMS aussi proposent plein d'activités adaptées. Mais ma mère doit être presque amenée de force à y prendre part.
Elle parle de l'atelier-cuisine comme d'un truc trop facile, sans se rendre compte que de couper des légumes ou de lire une recette à voix haute pour les autres est déjà une activité "noble" ! D'ailleurs, elle en parle avec un certain plaisir, tout en en minimisant la valeur.
Ça fait un peu ado !
Les animateurs doivent avoir la même persévérance que les profs du Cycle d'Orientation et croire en la valeur de leur travail, même face à la résistance active. ;-)))

Écrit par : Calendula | 30/07/2017

Les commentaires sont fermés.