10/02/2016

Respect, mon cul !

Conseil municipal. Débat sur le respect, et particulièrement sur le respect pour les femmes au sein de l'assemblée.


Nous avons voté selon un schéma assez attendu gauche-droite.


Cela n'a qu'une importance infime puisque chacun de nous, élu, ferait mieux de se conformer à une ligne de conduite individuelle, et devrait s'imposer de respecter chacun (et chacune, évidemment, dois-je le préciser) des membres de cette assemblée.


Qu'elle ait ou non passé, cette motion, qu'en sera-t-il demain ? Serons-nous respectueux ? Abandonnerons-nous les écarts de langage, les insultes sexistes, les propos graveleux, les gestes déplacés, les attaques personnelles ?


À voir, et surtout à entendre, les commentaires de certains élus (tous sexes confondus), j'en doute.


Les propos goguenards de certains élus avachis en disaient long lors de la belle intervention de Alia Chaker Mangeat, l'indifférence ostentatoire de deux élues (pourtant souvent victimes elles aussi de propos dégradants, mais sans doute solidaires de la position de leur groupe) ou l'absence criante d'autres précisément lors des prises de parole des conseillères Uzma Khammis Vanini et Amanda Gavilanes attestent qu'il reste encore un travail considérable dans le domaine de l'égalité de traitement et du respect le plus élémentaire.

Et là, en matière de combat contre le sexisme ordinaire, à gauche comme à droite, il y a du pain sur la planche.

13:33 Publié dans Conseil Municipal, Humeur | Tags : respect, indiférrence, sexisme | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

Commentaires

A quand une élection par tirage au sort ?
Chiche que les débats auraient une meilleure tenue ?

Écrit par : Pierre Jenni | 10/02/2016

Je ne pense pas, non, que les débats seraient plus respectueux ou plus courtois. Les élus sont issus du corps électoral, comme le seraient des personnes tirées au sort. On trouve dans la population bon nombre de personnes indélicates, irrespectueuses, et au comportement machiste. Si cela était une particularité du landerneau politique, ce serait encore facile à régler.

En marge de votre intervention, il y a la question du mandat politique par tirage au sort plutôt que par élection. J'y suis opposé. Principalement parce que le tirage au sort n'est pas nécessairement démocratique (le hasard d'un tirage ne représente pas forcément un rapport équilibré des forces en présence).

Écrit par : Stéphane Guex-Pierre | 10/02/2016

Tout dépend de ce qu'on entend par démocratique. En tous les cas ce serait plus égalitaire et économique puisqu'il n'y aurait plus de campagnes et donc plus de soucis pour demander la transparence des comptes des partis. Plus rien à cacher.
Des modèles de simulations ont depuis longtemps été étudiés. Il semblerait que la taille critique pour un échantillon modeste de toutes les composantes de la société n'est que de quelques centaines d'individus.
Il y a donc de fortes chances que les élus soient représentatifs d'un plus grand nombre de sensibilités qu'avec le système partisan qui est réducteur.
Un autre grand avantage réside dans le fait que les élus, ou plutôt les appelés ne viennent pas par opportunisme mais par dédicace.
Non, décidément, je ne comprends pas votre réticence à un tel système. Je n'y vois que des avantages.

Écrit par : Pierre Jenni | 10/02/2016

Je m'étonne que vous soupçonniez les candidats aux élections d'opportunisme.
Cela ne correspond pas à la grande majorité des élus que je croise au CM, cela ne correspond pas à ma vocation, ni même, j'en suis sûr, à la vôtre qui vous êtes présenté aux élections du municipal et du conseil administratif.

Écrit par : Stéphane Guex-Pierre | 10/02/2016

Monsieur Jenni,

"A quand une élection par tirage au sort ?"
Je vois que je ne suis plus le seul à défendre cette possibilité pour l'élaboration des lois et diriger un gouvernement. Il suffit de voir quelles sont les professions représentées et celles qui ne le sont pas pour constater que le bien commun n'est pas défendu.

Écrit par : Charles | 10/02/2016

Je vois que vous avez accordé une attention particulière aux élections du conseil d'Etat en 2013 où s'étaient présentés 29 candidats au premier tour.
Il est évident qu'aucun candidat ou élu ne saurait avouer d'autre préoccupation que le bien public. La réalité est plus nuancée.

Écrit par : Pierre Jenni | 10/02/2016

Opportunisme ou consécration, c'est le grand écart pour ceux hésitent, mais ils ne le font pas plus que 2 ou 3 séances, très vite, ils comprennent !

Écrit par : Corto | 11/02/2016

ET voilà, à nouveau censuré ! C'est dingue cette manie à gauche.

Écrit par : Pierre Jenni | 11/02/2016

Quelle censure ? Vous avez un commentaire qui n'est pas paru ? Republiez-le, car je ne censure que les propos insultants. Jusqu'à maintenant je n'ai rien vu de tel.

Écrit par : Stéphane Guex-Pierre | 11/02/2016

Pierre, encore un gauchiste ?

Mais ils sont partout !!!

Merci, désormais on ne m'y reprendra plus !!!!

Écrit par : Corto | 12/02/2016

Les commentaires sont fermés.